Chapitre 6: Être une femme malgré tout

Alors oui, tout nous est clairement expliqué : la perte capillaire, la fatigue, les problèmes gastro-intestinaux sur chimiothérapie. Mais tout le côté « non médical » d’une telle maladie n’est que survolé. On nous oriente vers des brochures de la Ligue contre le Cancer, des groupes de soutien pour les patients et aussi pour les proches.

Mais qui ose nous regarder droit dans les yeux et nous dire « vous avez 30 ans, un cancer,  vous êtes femme et vous le resterez, avec ou sans cheveux, avec ou sans votre sein, avec ou sans libido, etc ». ? Personne. C’est le grand vide intersidéral. Débrouillez-vous seule avec vos questions et vos angoisses.

Avez-vous déjà essayé de vous sentir belle alors que le miroir vous renvoie l’image d’une femme vieillie avant l’heure ? Que votre crâne luit sous la lumière du néon de votre salle de bains ? Avez-vous déjà essayé de vous sentir sexy habillée alors qu’il faut un pull à col roulé pour planquer le cathéter ? Avez-vous déjà essayé de vous sentir belle et sexy nue, alors que pas  1 cm de votre corps ne respire la jeunesse, la fraîcheur, la sensualité ?

J’ai testé pour vous, et c’est quasi impossible ! Il y a bien quelques artifices : la perruque, du maquillage, des habits amples ou ajustés au bon endroit. Mais lorsque le vient le soir,  que vous ôtez toute cette supercherie, il  ne reste que la vérité, toute nue. Et ça fait mal.

Moi, j’ai opté pour l’optimisme et le sourire à toute épreuve. Mes dents, elles, sont restées, contrairement aux cheveux !!! Et lorsque je sors, que je vais à la salle de sports, ou au restaurant, je ne porte pas ma perruque. Je n’en ai plus envie. Je suis ce que je suis, et à tous ceux qui se retournent sur mon passage… C’est surement de voir une femme pleine d’assurance et au beau sourire,  pas la femme chauve et malade !! Je refuse d’être étiquetée « cancéreuse, malade, fatiguée ».

Merci à Isabelle Coutaz pour le partage de ses récits ici.

je-suis-ce-que-je-suis

Publicités

À propos de Christine Bienvenu

Le cancer du sein triple négatif a fait une entrée fracassante dans ma vie en 2010, avec une rechute en 2013 et en 2015; un intrus tenace puisqu'il s'est transformé en cancer du sein HER2+ afin de survivre malgré le pays que je lui fait voir: tumerectomie, double mastectomie avec reconstruction, 26 chimios, 24 séances de radiothérapie et de l'immunothérapie à vie. De cette expérience est né mon identité d'ePatiente: je milite pour que le patient soit "empowered" et un partenaire à part égal dans son équipe médicale. Je donne des cours et des conférences en santé digitale et culture ePatient et fait partie du Patient Empowerment Foundation qui a pour but d'aider les patients à devenir autonomes, éduqués et responsables. Les professionnels de la santé ont leur savoir académique, mais le patient a son savoir expérientiel et les deux doivent collaborer dans l'humilité pour trouver des solutions constructives.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :